logo boiron
système immunitaire grossesse

Renforcer le système immunitaire pendant la grossesse

Grossesse
Temps de lecture: 5 min

Partager sur

La grossesse s’accompagne de modifications immunitaires qui peuvent rendre la future maman et son bébé plus vulnérables aux infections. Aussi, durant cette période, il est important pour elle de renforcer son système immunitaire en préservant une hygiène de vie adaptée.

Comment renforcer le système immunitaire lors de la grossesse ?

Durant la grossesse, le système immunitaire de la future maman se modifie et s’adapte sous l’effet des changements hormonaux. Elle devient plus vulnérable à certaines infections qui peuvent altérer sa santé et entraîner des répercussions sur le développement de son bébé. De nombreux traitements médicamenteux étant proscrits chez la femme enceinte, il est essentiel pour elle comme pour son enfant, de préserver son capital immunitaire durant toute la période de grossesse à l’aide de solutions naturelles et faciles à mettre en place.

grossesse immunité activité physique boiron

Maintenir une activité physique régulière et adaptée

De façon générale, une activité physique régulière et modérée a des effets immunostimulants et protecteurs face aux infections. Chez la femme enceinte, deux heures et demie ou trois heures d’exercice physique d’intensité modérée par semaine ont des effets positifs sur sa santé et celle de son bébé. L’activité physique apporte à la maman un bien-être sur les plans mental et psychique. Elle permet de limiter le risque de survenue d’une constipation, d’une hypertension gravidique ou d’un diabète gestationnel ; d’éviter une prise de poids excessive ; de réduire le risque d’incontinence urinaire, les douleurs lombaires et pelviennes, les symptômes dépressifs après l’accouchement... Les bénéfices sont vraiment nombreux !

Il est recommandé d’associer exercices d’endurance, de renforcement musculaire et d’assouplissement. La marche, la natation, la gymnastique sont particulièrement indiquées pendant la grossesse. Les sports présentant des risques traumatiques pour la mère comme pour l’enfant sont évidemment proscrits. Le ski, le vélo, le step, l’équitation, les sports de combat… seront pour plus tard !

Toutes les femmes peuvent pratiquer une activité physique adaptée à leurs capacités, l’avis d’un médecin ou d’une sage-femme est recommandé pour adapter le type et l’intensité de l’activité physique.

Quelles activités pratiquer lorsqu’on a les jambes lourdes en fin de grossesse ?

Pour favoriser une bonne circulation sanguine, notamment au troisième trimestre lorsque la compression veino-lymphatique exercée par le bébé est forte, il est conseillé de marcher au moins vingt minutes par jour, de pratiquer la natation (sauf contre-indication médicale), de faire le soir, quelques mouvements de pédalage, allongée sur le dos ou encore de se masser les jambes en remontant des chevilles vers les genoux. Une contention veineuse est souvent requise en complément de ces mesures d’hygiène corporelle.

En savoir plus sur les jambes lourdes
immunité grossesse alimentation

Conserver une alimentation équilibrée

Une alimentation saine et équilibrée constitue un atout essentiel pour préserver et renforcer les défenses immunitaires tout au long de la vie et a fortiori, lors de la grossesse. Pour rappel, une alimentation équilibrée est constituée de cinq fruits et légumes par jour ; du pain, des céréales et d'autres sucres lents (légumineuses) à chaque repas ; des produits laitiers trois fois par jour et des protéines (viande, poisson ou œufs) chaque jour. Toutefois, chez la femme enceinte, il convient de prendre certaines précautions alimentaires, voire de renoncer à certains produits. Il est conseillé de limiter la consommation de certains aliments comme :

  • Le café, le thé et les boissons énergisantes qui auraient un effet sur le rythme cardiaque du bébé ;
  • Les produits riches en vitamine A comme le foie, qui pourraient entrainer une surdose, pouvant augmenter le risque de certaines malformations du fœtus ;
  • Le soja, dont l’un des composés est suspecté d’être un perturbateur endocrinien ;
  • Les aliments riches en phytostérols conseillés aux personnes ayant trop de cholestérol (margarines, yaourts, boissons lactées, sauces vinaigrettes).

Zéro alcool et zéro tabac pendant la grossesse

Les deux peuvent entraîner des conséquences graves sur la santé du bébé et de la mère. Durant toute la grossesse, la règle est de ne pas boire d’alcool et de ne pas fumer. Décider d’attendre un enfant est une belle occasion de s’arrêter car le bénéfice est encore plus important si le sevrage est antérieur au début de la grossesse. Il est indispensable d’en parler à un professionnel de santé car de nombreuses solutions d’accompagnement existent, même pendant la grossesse.

En savoir plus : www.tabac-info-service.fr et www.alcool-info-service.fr/alcool-et-vous/alcool-grossesse/enceinte-boire-alcool

système immunitaire grossesse maladies boiron

Quelles précautions alimentaires prendre pour prévenir la toxoplasmose et la listériose ?

La toxoplasmose est due à un parasite présent naturellement dans la terre et transmis par les urines du chat. Des précautions sont à prendre uniquement chez les femmes enceintes non immunisées : s’abstenir de manger de la viande crue ou peu cuite, des viandes fumées, marinées et du gibier (la congélation d’au moins trois jours à – 18°c tue les kystes de toxoplasme) ; laver soigneusement les légumes, les fruits et les herbes aromatiques et, si possible, les éplucher ; éviter de consommer ces aliments si on ignore comment ils ont été préparés ; éviter trop de proximité avec les chats, et parfaitement se laver les mains après avoir caressé un chat, changé sa litière, ou après avoir eu un contact avec de la terre en général (jardinage).

La listériose est une infection causée par une bactérie : la « Listeria monocytogenes ». Elle peut être présente dans les aliments, même s’ils sont maintenus au froid. La contamination se fait en particulier via le lait cru et les fromages au lait cru (camembert, brie, munster, pont-l’évêque), le fromage râpé industriel, certaines charcuteries (rillettes, foies gras…), les poissons crus ou fumés, les coquillages et les crustacés crus ou vendus cuits. La meilleure prévention est donc d’éviter tous les aliments crus, sauf les fruits et légumes.

enceinte fatigue stress immunité

Bien dormir

Le rôle du sommeil dans l’immunité fait l’objet de nombreuses recherches. Bien qu’à l’heure actuelle, les mécanismes ne soient pas complètement expliqués, dormir semble jouer un rôle essentiel dans l’efficacité du système immunitaire et la protection contre les infections. Chez la femme enceinte, on peut observer différents troubles du sommeil.

Ceux survenant durant le premier trimestre peuvent être dus à des modifications hormonales et/ou au stress lié à la grossesse. Pour les prévenir, il est important de conserver des heures de lever et de coucher régulières et d’éviter les siestes trop tardives. Il est préférable de lutter contre une somnolence en fin d’après-midi en allant marcher ou nager un moment.

Au cours du dernier trimestre, les troubles du sommeil sont plus souvent liés à des crampes, un mal de dos, l’envie d’uriner, une position inconfortable liée au volume du ventre, aux mouvements du bébé ou au stress lié à l’accouchement. Pour préserver la qualité de sommeil durant les derniers mois, quelques conseils : s’allonger de ¾ gauche pour faciliter la circulation du retour veineux depuis les jambes et éviter les crampes ; caler un coussin de maternité ou un oreiller entre les genoux ou sous le ventre ; éviter de boire immédiatement avant de se coucher et surélever légèrement le lit au niveau des pieds pour favoriser la circulation sanguine.

Éviter le stress

Le stress peut activer les défenses de l’organisme, entraîner des effets néfastes sur la santé et déclencher des pathologies. Quelles que soient ses causes, il est important de le gérer pour préserver son capital immunitaire. Des techniques de relaxation, des exercices de respiration et la méditation permettent de mieux le contrôler. Sophrologie, yoga, chant prénatal, haptonomie…. Diverses techniques peuvent être proposées dans le cadre des séances de préparation à la naissance et à la parentalité. De nombreuses sage-femmes ou associations existent en France et proposent cet accompagnement.

Ne pas avoir recours à des moyens thérapeutiques sans avis médical

Des probiotiques, des oligoéléments, des vitamines, certains apports lipidiques ou certaines plantes peuvent être un appui pour renforcer les défenses immunitaires, notamment à l’approche de l’hiver. Les compléments alimentaires sont aussi une option intéressante qui peut aider à soutenir les mécanismes de défense naturelle de l'organisme et participer au fonctionnement normal du système immunitaire. L’homéopathie propose également des solutions sans effet indésirable connu pour booster l’immunité de la femme enceinte.

Toutefois, durant toute la période grossesse, la future maman ne doit pas pratiquer d’automédication. Dès la détection d’une grossesse, il est impératif de signaler à son médecin ou sa sage-femme, la prise de médicaments et de compléments alimentaires, qu’ils soient délivrés sur prescription ou pris en automédication.