verrues boiron soigner

Comment soigner une verrue naturellement ?

Dermatologie
Temps de lecture: 3 min

Partager sur

Les verrues sont dues à des virus et peuvent apparaître sur les mains, le corps, les pieds, voire le visage. Elles n’entraînent pas de complications, mais sont contagieuses. En thérapeutique complémentaire, l’homéopathie propose une approche symptomatique et un traitement de fond, sans risque et sans douleur.

En savoir plus sur les verrues…

Des virus HPV (Human Papilloma Virus) sont à l’origine des verrues. Ils provoquent une multiplication des cellules à un endroit donné pour créer une excroissance caractéristique. Comme tous les virus, ils sont contagieux et peuvent se transmettre soit par contact direct, soit via des squames de peau morte (à la piscine, au spa dans un salle de gymnastique par exemple). Après contamination, l’apparition d’une verrue n’est pas immédiate et peut prendre quelques mois. Les verrues peuvent s'étendre ou contaminer d'autres parties du corps (auto-contamination) ou d'autres personnes. En général, elles n'entraînent pas de complications.

Comment reconnaître les verrues ?

Présentes sous la forme de petites excroissances dures, les verrues sont généralement de la taille d’une lentille, bien que certaines puissent atteindre celle d’un petit pois. On distingue trois types de verrues :

  • les verrues vulgaires : elles forment des excroissances gris jaunâtre, à la surface irrégulière. Elles apparaissent sur les doigts et le revers de la main, de façon isolée ou groupée. Ce sont les plus courantes.
  • les verrues planes : elles forment des excroissances plates d’un à quatre millimètres de diamètre, ayant quasiment la couleur de la peau. Elles sont situées surtout sur les mains, sur le revers des doigts, voire sur le visage chez les personnes jeunes. Elles présentent des risques de recontamination fréquents.
  • les verrues plantaires : elles pénètrent la plante des pieds en profondeur et peuvent être douloureuses au point de gêner la marche.
verrues homéopathie

Comment prévenir l’apparition de verrues ?

Les verrues peuvent être évitées grâce à des mesures d’hygiène simples :

  • ne pas toucher ou gratter la verrue d’une autre personne ;
  • ne pas utiliser la serviette et le gant de toilette d’une personne porteuse de verrues ;
  • ne pas emprunter les chaussettes et les chaussures d'une personne ayant des verrues plantaires ;
  • ne pas marcher pieds nus dans les lieux publics : piscines, saunas, salles de gymnastique, vestiaires… Prévoir des tongs ;
  • bien se sécher les pieds avant de se chausser, car les virus pénètrent plus facilement une peau humide.

Quelles solutions homéopathiques pour traiter les verrues ?

Détruire les verrues localement grâce à des moyens physiques (curetage, traitement par le froid à l’azote liquide, traitement par laser CO2) ou chimiques (médicament verrucide) ne permet pas d’éliminer les virus responsables. Ces méthodes n’évitent pas les récidives, elles peuvent être douloureuses et laisser des cicatrices.

L’homéopathie propose une approche complémentaire prenant en compte d’une part, les verrues elles-mêmes et d’autre part, le terrain du patient.

Pour traiter les verrues, un médecin ou un dermatologue homéopathe tient compte de la localisation des verrues. Si elles sont situées sur les mains, sont-elles plus précisément sur la paume des mains, le dos des mains, les doigts, autour des ongles, sous les ongles… ? Même réflexion si les verrues se trouvent sur les pieds, le visage, ou le corps.

Le médecin fait également sa prescription en tenant de compte de leur aspect : leur couleur, leur forme groupée ou isolée, éventuellement leur corne, leur tendance à se fissurer et à saigner…

En parallèle, l’homéopathe recherche les circonstances qui font que les virus apparaissent et s’installent (baisse des défenses immunitaires liée à traumatisme psychologique, au stress…) et tient compte du contexte psychologique, du terrain du patient et de l’état de ses défenses pour prescrire un traitement de fond.

En traitement symptomatique comme en traitement au long cours, les médicaments homéopathiques prescrits pour traiter les verrues n’engendrent pas effets secondaires et peuvent être associés avec d’autres traitements médicamenteux en cours.