dents de sagesse boiron

Quel traitement homéopathique lors d’une extraction des dents de sagesse ?

Vie quotidienne
Temps de lecture: 3 min

Partager sur

Lorsque les dents de sagesse se manifestent, les dentistes recommandent souvent de les extraire. L’homéopathie peut être prescrite en soutien lors de cette intervention : pour permettre d’apaiser le stress du patient, limiter les hémorragies et la douleur, et favoriser la cicatrisation.

En savoir plus sur les dents de sagesse…

Les dents de sagesse sont les troisièmes molaires qui poussent derrière les secondes molaires. Elles n’apparaissent généralement que vers l’âge de 20 ans ou plus, raison pour laquelle elles sont appelées « dents de sagesse ». Ces dents ne se développent pas systématiquement. Au cours de la vie, une dent de sagesse, ou deux, ou trois peuvent se manifester sur les quatre possibles.

Ces molaires ne trouvent pas toujours la place nécessaire pour pousser correctement. Elles peuvent être mal positionnées et se développer de façon couchée ou horizontale. Dans certains cas, elles peuvent être responsables d’un mauvais alignement dentaire. Également, elles sont susceptibles d’entraîner une infection, un kyste, une lésion de la seconde molaire voisine, voire des névralgies.

Les dents de sagesse : un héritage de nos ancêtres

Ces troisièmes molaires étaient indispensables aux hommes préhistoriques qui devaient mastiquer de la viande crue. Poussant tardivement, elles venaient pallier les deux autres molaires usées. Avec la découverte du feu, les hommes cuisant leurs aliments, le besoin de mastication s’est réduit, limitant l’usure des premières et deuxièmes molaires et ne laissant plus assez de place aux troisièmes molaires pour se développer. Dépourvues de leur fonction, elles sembleraient disparaître progressivement dans les populations des sociétés modernes.

dents de sagesse homéopathie

Pourquoi extraire une dent de sagesse ?

La plupart du temps, les dents de sagesse ne parviennent pas à pousser faute de place à l’arrière des mâchoires. Elles demeurent souvent « incluses », c’est-à-dire qu’elles restent sous les gencives ou encore « semi-incluses » si elles ne percent que partiellement les gencives. Dans ce dernier cas, les dents de sagesse sont difficiles à brosser et peuvent devenir le siège de caries, d’infections et de douleurs. De plus, leur position les rend difficiles à soigner. Souvent, mieux vaut anticiper et les extraire lorsqu’elles sont encore saines.

Il est également recommandé d’extraire une dent de sagesse lorsqu’elle n’a pas dent antagoniste sur l’arcade opposée. Si une dent ne trouve pas d’appui lorsqu’on serre les mâchoires, elle aura tendance à poursuivre son développement jusqu’à ce qu’elle trouve un nouveau point d’appui pour s’arrêter (la gencive par exemple) et déséquilibrera la dentition.

C’est la raison pour laquelle, lorsqu’une dent de sagesse devient cariée, les dentistes préconisent d’extraire aussi la dent antagoniste.

Si les dents de sagesse restent incluses et si elles n’engendrent aucun problème, il est bien sûr possible de les conserver. Cependant, il est recommandé de les faire surveiller régulièrement par un dentiste, qui pourra réaliser à intervalles réguliers une radio pour surveiller leur évolution.

Quel traitement homéopathique pour accompagner l’intervention ?

Certains dentistes sont formés pour prescrire de l’homéopathie, dans le cas contraire le pharmacien peut vous conseiller.

L’homéopathie peut permettre de rendre une extraction dentaire plus confortable en agissant à deux niveaux :

  • Un traitement en préopératoire et en postopératoire pour limiter les hémorragies, la douleur et favoriser une cicatrisation plus rapide.
  • En cas de stress ou d’anxiété avant l’intervention ou plus généralement avant tout rendez-vous chez le dentiste, un traitement homéopathique peut apaiser les angoisses et décontracter les patients les plus anxieux. Les médicaments homéopathiques peuvent être pris la veille, le matin ou juste avant la séance. Ils n’occasionnent pas effets secondaires et peuvent être associés avec d’autres traitements médicamenteux en cours.