logo boiron
mal des transports homéopathie

Comment soulager le mal des transports ?

Vie quotidienne
Temps de lecture: 4 min

Le mal des transports entraîne de nombreux symptômes gênants : nausées, vertiges, sueurs, vomissements, hypersalivation… Parmi les solutions pour soulager le mal des transport, l’homéopathie propose des traitements adaptés à tous.

mal au coeur avion homéopathie

Quels sont les symptômes du mal des transports ?

Le mal des transports (appelé aussi cinétose de façon générale et naupathie pour le mal de mer) se manifeste en voiture, en autocar mais aussi en bateau, en avion et plus rarement en train ou à dos d’animal. Il commence par une sensation de malaise dans la partie supérieure de l’abdomen, puis des nausées sont ressenties. « Ce mal au cœur » est souvent accompagné d’une forte transpiration, de vertiges et d'une salivation plus ou moins importante. Des vomissements surviennent jusqu'à ce que l'estomac soit vide, et parfois même au-delà. A ce stade, le mal des transports peut se poursuivre et les nausées peuvent se pérenniser. La personne peut également devenir pâle, ressentir une accélération de sa respiration, des maux de tête et une fatigue.

Chez le jeune enfant, le mal des transports peut se traduire par un dégoût des aliments, des pleurs, une agitation et/ou des bâillements.

En général, le mal des transports disparait lorsque le trajet s’interrompt. Après quelques jours de transports successifs de voyage, l’organisme peut s’habituer et le mal des transports peut s’atténuer.

Le saviez-vous ?

Le mal des transports est rare chez les nourrissons, courant chez les enfants entre 2 et 12 ans, puis moins fréquent à l’adolescence. Chez les adultes, les femmes sont plus concernées, notamment durant leurs règles et lors d’une grossesse (1).

mal de mer voiture route boiron

Comment expliquer le mal des transports ?

Le mal des transports est dû à une réponse inadaptée du cerveau face à des messages contradictoires fournis d’une part, par le vestibule qui est l’organe de l’équilibre logé dans l’oreille interne, et d’autre part, par les yeux et les muscles du cou.

Par exemple, en voiture, lorsqu’on s’engage sur une route sinueuse, les yeux perçoivent des mouvements, alors que le vestibule estime que le corps ne bouge pas. Les informations contradictoires parviennent aux centres de l’équilibre situés dans le cerveau qui produit une sensation de vertige nauséeux.

Le saviez-vous ?

L’utilisation d’un casque de réalité virtuelle peut entraîner des symptômes proches de ceux du mal des transports (nausées, vertiges, sueurs…). On parle alors de « mal de la réalité virtuelle » ou de cybercinétose (2). Les professionnels utilisateurs d'applications de réalité virtuelle, comme les gamers, peuvent être concernés.

mal des transports boiron homéopathie

Comment éviter le mal des transports ?

Les précautions générales :

  • Ne pas partir à jeûn, faire un repas léger : la faim peut amplifier les symptômes du mal des transports. Ne pas boire d’alcool et ne pas consommer d’aliments gras ou épicés et/ou faire un repas copieux avant ou pendant le voyage.
  • Certains maux de transport sont soulagés en mangeant, d’autres aggravés par l’alimentation. Adapter la prise alimentaire à ce qui vous soulage le mieux.
  • Maintenir sa tête avec un appui-tête pour réduire la sensation de mouvement.
  • Se relaxer en respirant calmement et profondément, ou en écoutant de la musique apaisante.
  • Éviter de lire, de consulter un smartphone ou de jouer à des jeux sur écran : ces activités favorisent le mal des transports.

En voiture :

  • Si possible, ne pas emprunter les itinéraires sinueux.
  • De préférence, éviter de rouler aux heures où la forte circulation implique une conduite avec des freinages et des accélérations brusques et répétés. Une conduite fluide et calme contribue à réduire le mal des transports.
  • Faire souvent des pauses et se dégourdir les jambes.
  • Aérer fréquemment le véhicule pour maintenir une température fraîche.
  • Ne pas fumer, ni s’exposer à la fumée de cigarette.
  • Eviter les odeurs fortes (parfums, mazout sur le bateau, kérozène sur le tarmac)
  • Poser son regard sur l’horizon, à l’extérieur de la voiture.
  • Pour les enfants : voyager si possible aux heures où ils font la sieste car les symptômes sont moindres pendant le sommeil. Placer le siège-auto à l’arrière, au centre ; la sensation de mouvement est moins importante. Régler la hauteur de leur siège afin qu’ils puissent regarder à l’extérieur.

En car et en bus :

  • Si possible, s’asseoir à l’avant du véhicule.

En train :

  • Choisir une place dans le sens de la marche, côté fenêtre.

En avion :

  • Réserver un siège au niveau des ailes : dans cette partie de la cabine, les mouvements sont moindres.
  • Orienter la ventilation sur son visage.

En bateau :

  • Si possible, voyager dans une cabine située près du niveau de flottaison et au milieu de l’embarcation, le roulis y est moins important.
  • Si la météo est agréable, rester sur le pont pour respirer l’air frais. Les espaces confinés favorisent l'apparition des symptômes.

Que faire quand les premiers symptômes apparaissent ?

Mal au cœur, salivation excessive, sueurs froides… Lorsque les premiers symptômes du mal des transports apparaissent, fermer les yeux et respirer profondément de l’air frais : ouvrir la fenêtre, monter sur le pont du bateau, augmenter la ventilation...Si possible, descendre de la voiture, marcher un peu et s’allonger quelques instants avec un linge frais et humide sur le visage.

Quelle solution homéopathique pour apaiser le mal des transports ?

L’homéopathie est une thérapeutique très utile pour soulager le mal des transports. Un professionnel de santé pratiquant l’homéopathie, comme un médecin ou un pharmacien peut indiquer des solutions adaptées selon la description du mal des transport : son origine, les symptômes ressentis, les facteurs soulageant ou aggravant le malaise (mal de mer par forte houle, soulagement lors d’une prise alimentaire, persistance des nausées malgré les vomissements, amélioration à l’air frais ou encore la tête calée dans un oreiller…). Les médicaments homéopathiques sont sans effets secondaires connus et compatibles avec tous les autres traitements médicamenteux en cours.

(1) https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/mal-transports/symptomes-causes#text_3710

(2) https://www.inrs.fr/media.html?refINRS=TP%2040