soigner sans nuire

Et si l’on acceptait enfin d’envisager toutes les médecines comme complémentaires ? Ca ne serait pas mieux pour votre santé ? Et plus respectueux de votre liberté de vous soigner comme vous l’entendez ?

Lire la suite

Nos principaux médicaments

Ces médicaments, vous en connaisssez beaucoup. Ils font partie du quotidien de toute la famille et vous accompagnent dans tous les petits moments de la vie...

Lire la suite

5 gestes pour couper court aux courbatures

Envie de commencer ou reprendre la course à pied, le tennis, ou encore la gym suédoise ? Voici quelques conseils de sportives expérimentées, pour vous lancer sans regrets.

Lire la suite
journalistes

Journalistes

candidats

Candidats

Actionnaires et investisseurs

Actionnaires et investisseurs

partenaires

Fournisseurs partenaires

pro- santé

Professionnels de santé

FAQ : Les idées reçues sur l’homéopathie 

Il paraît que l'homéopathie...

L’homéopathie fait encore l’objet de nombreuses idées reçues ; des stéréotypes souvent véhiculés par méconnaissance de sa réalité et de sa place dans la pratique médicale.  

Parmi ceux-ci : l’homéopathie serait la médecine par les plantes ; l’homéopathie serait seulement utile pour les enfants ; l’homéopathie, ça mettrait du temps pour agir ; l’homéopathie ne serait utilisée que par des médecins spécialistes en homéopathie. Pour démêler le vrai du faux :  

1.Il parait que « l’homéopathie, c’est la médecine par les plantes »

FAUX et VRAI  

L’homéopathie est souvent confondue avec la phytothérapie qui s’appuie sur les vertus thérapeutiques des plantes.  
  
Au-delà des plantes, l’homéopathie utilise également des substances d’origine animale (venin de serpents, abeilles, encre de seiche, calcaire d’huitres, etc.) et d’origine minérale ou chimique (graphite, soufre, mercure).  
  
Autre différence importante en homéopathie, la substance de base (végétale, animale ou minérale) est diluée et dynamisée pour être utilisée à très petites doses. D’où l’expression populaire « à dose homéopathique »…  

2.Il parait que « seul un médecin homéopathe peut prescrire de l’homéopathie »

FAUX  

Les homéopathes sont des médecins qui, après leurs études de médecine, ont choisi de suivre un cursus spécialisé en homéopathie.  
  
Aujourd’hui, au-delà de ces spécialistes de l’homéopathie, de nombreux médecins intègrent les médicaments homéopathiques à leur pratique pour traiter leurs patients : généralistes, pédiatres, gynécologues, chirurgiens, dentistes, etc.  
  
Les pharmaciens ont aussi un rôle important pour conseiller l’homéopathie aux patients. Et, depuis 2011 en France, les sages-femmes ont le droit de prescrire l’homéopathie à leurs patientes.  

3.Il paraît que « l’homéopathie fait l’objet de recherche clinique ? »

VRAI  

L’homéopathie est née de la recherche, et elle est toujours au cœur de la science.


La recherche en homéopathie est très active dans différents domaines, tels que la recherche fondamentale et la recherche clinique. Au total, ce sont près de 6000 travaux qui sont publiés dans des journaux scientifiques de référence et consultables sur Pubmed1, principal moteur de recherche scientifique au monde.


En ce qui concerne la recherche clinique, de nombreuses études ont été réalisées, dont celles répondant aux plus hauts standards: les essais cliniques randomisés contrôlés versus placebo. Ces derniers prouvent les effets des médicaments homéopathiques dans différentes pathologies. Par exemple, une étude de 2019 sur des patients asthmatiques a montré que l’homéopathie, en complément du traitement conventionnel, permet d’améliorer la respiration de ces patients2.

4.Il parait que « l’homéopathie, il faut du temps pour que ça agisse »

FAUX et VRAI  

Une des richesses de l’homéopathie est de pouvoir être prescrite dans les maladies aigües (celles qui surviennent brutalement et occasionnellement) et les maladies chroniques (qui reviennent régulièrement). 


En aigu, le médecin prescrit un traitement homéopathique sur une période courte (quelques heures ou quelques jours) pour faire disparaitre rapidement les symptômes.  

En chronique, le médecin prescrit un traitement homéopathique sur une période plus longue (plusieurs semaines) pour réduire l’intensité et la fréquence des crises du patient ; c’est le cas, par exemple, pour le rhume des foins, la sinusite chronique, l’eczéma, l’herpès, etc.  

5.Il parait que « l’homéopathie, ce sont des médicaments »

VRAI  

La pratique homéopathique consiste justement à choisir un médicament homéopathique pour prendre en charge une pathologie ou un symptôme.  
  
Par ailleurs, les médicaments Boiron font l’objet d’une autorisation délivrée par les autorités de santé. Ce statut de médicament est une garantie de qualité qui assure, aux professionnels comme aux patients, de disposer de produits fiables (normes, contrôles pharmaceutiques, certification, etc.).  
  
Comme pour n’importe quel médicament, le professionnel de santé a un rôle important pour le bon usage du médicament homéopathique. Demandez-lui conseil.  

6.Il parait qu’en homéopathie, la dose de médicament est la même pour un adulte ou un enfant »

VRAI  

En homéopathie, le médicament prescrit peut varier en fonction du patient, de son profil, de son historique médical, des symptômes qu’il manifeste : pour une même maladie, deux patients peuvent donc avoir un traitement différent.  
  
En revanche, la quantité à prendre, pour les granules et les globules, est la même quels que soient le poids et l’âge, qu’il s’agisse d’un adulte, d’un enfant ou d’un animal (généralement 5 granules ou une dose-globules par prise).  

7.Il parait qu’ on ne doit pas toucher les granules homéopathiques avec les doigts »

Toucher les granules homéopathiques avec les doigts ne modifie en rien leur qualité et les effets attendus.  
  
Toutefois, par mesure d’hygiène, (beaucoup de maladies se transmettent par les mains), il est préférable d’utiliser le compte-granule qui facilite la prise de granules, sans avoir à les toucher.  

8.Il parait que « la menthe et le café sont incompatibles avec l’homéopathie »

Il est recommandé de prendre les médicaments homéopathiques dans une bouche vide et propre, si possible à distance des repas.  
  
La menthe et le café, consommés à distance des prises de médicaments homéopathiques, sont sans incidence sur l’efficacité de la prescription  

1- PubMed 2- Qutubuddin M, Singh S, Nayak C et al. Efficacy of individualized homeopathy in bronchial asthma in adults: Double-blind, randomized, placebo-controlled, clinical trial in the context of usual care. Advances in Integrative Medicine. 2019;58-65

Partager :

Facebook
Linkedin
test@tes.fr
ok