Maintien du remboursement des médicaments homéopathiques

Oui au maintien du remboursement des médicaments homéopathiques ?

 

Parce qu’ils répondent à des enjeux prioritaires de santé publique, notamment sur la surconsommation médicamenteuse, la iatrogénie et l’antibiorésistance

Bénéfice clinique comparable sans aucune perte de chance établi par une vaste étude1  en vie réelle sur plus de 8000 patients et plus de 800 médecins généralistes.

A niveau de sévérité égal, l’étude montre, pour les patients suivis par un médecin homéopathe, une consommation :

  • 2 fois moindre d’antibiotiques2
  • 2 fois moindre d’anti-inflamatoires (AINS3)
  • 3 fois moindre de psychotropes4.

 

Pour un coût neutre pour l’assurance maladie…

Avec un taux de remboursement à 15%, la franchise médicale compense le montant du remboursement des médicaments homéopathiques par l’Assurance maladie.

 

 … Au regard du nombre de professionnels de santé qui l’intègrent dans leur pratique

Et notamment :
1/3 des médecins généralistes5 prescrivent quotidiennement des médicaments homéopathiques ;
3/4 des sages-femmes6 en prescrivent régulièrement.

 

 …Et compte tenu du nombre de français qui y ont recours

77 % des français ont déjà pris de l’homéopathie au cours de leur vie7, soit près de 50 millions de patients si l’on s’autorise à extrapoler à l’ensemble de la population française.

 

 …Tout en permettant de faire des économies au système de santé.

Il a été mesuré qu’un patient pris en charge par un médecin homéopathe coûte en moyenne 35% de moins que les autres patients, à niveau de sévérité égal8.

Dans l’hypothèse d’un déremboursement, l’économie escomptée pour l’assurance maladie serait annulée avec seulement 10%9 de reports des prescriptions de médicaments homéopathiques vers d’autres médicaments remboursés, en moyenne plus chers, et pouvant avoir potentiellement des effets indésirables.

 

En conséquence, tout concourt à promouvoir ces médicaments utiles, sûrs et sources d’économies pour la collectivité.

 

 

1 Programme de recherche EPI3 : étude pharmaco-épidémiologique de l’impact de santé publique des modes de prise en charge pour 3 groupes de pathologies.
2 Grimaldi-Bensouda L et al. PLoS One. 2014 Mar 19;9(3):e89990. OR (IC 95%) [0,27-0,68].
3 Rossignol M et al. Pharmacoepidemiol Drug Saf. 2012 Oct;21(10):1093-101. OR (IC 95%) [0,38-0,78].
4 Grimaldi-Bensouda L et al. BMC Complement Altern Med. 2016 May 4;16:125. OR (IC 95%) [0,9-0,44].
5 Etude « Les médecins généralistes libéraux et l’homéopathie » réalisée par IPSOS pour Weleda/Lehning/Boiron auprès de 302 médecins généralistes libéraux représentatifs de la population interrogée. Mars 2019.
6 Etude « Les sages-femmes libérales et l’homéopathie » réalisée en 2013 par Imago auprès de 212 sages-femmes libérales
7 Etude « les Français et l’homéopathie » réalisée par IPSOS auprès de 2000 individus. Octobre 2018.
8 Colas A et al. Economic impact of homeopathic practice in general medicine in France. Health Economics Review (2015) 5:18.
9 Calcul d’après les données DREES 2016, MEDIC’AM 2016

 

Mise à jour : sept. 2020