soigner sans nuire

Et si l’on acceptait enfin d’envisager toutes les médecines comme complémentaires ? Ca ne serait pas mieux pour votre santé ? Et plus respectueux de votre liberté de vous soigner comme vous l’entendez ?

Lire la suite

Nos principaux médicaments

Ces médicaments, vous en connaisssez beaucoup. Ils font partie du quotidien de toute la famille et vous accompagnent dans tous les petits moments de la vie...

Lire la suite

5 gestes pour couper court aux courbatures

Envie de commencer ou reprendre la course à pied, le tennis, ou encore la gym suédoise ? Voici quelques conseils de sportives expérimentées, pour vous lancer sans regrets.

Lire la suite
journalistes

Journalistes

candidats

Candidats

Actionnaires et investisseurs

Actionnaires et investisseurs

partenaires

Fournisseurs partenaires

pro- santé

Professionnels de santé

Comment réduire les reflux gastriques d’un bébé ?

Les reflux gastriques du nourrisson

 

La plupart des nourrissons ont un reflux gastro-œsophagien, un phénomène physiologique normal. Découvrez les conseils du pédiatre Pierre Popowski pour soulager votre bébé et réduire ainsi votre niveau de stress.

Ne vous inquiétez pas

 

Vous ne le savez peut-être pas, mais votre bébé n’est pas encore tout à fait « mûr ». « Les reflux du nourrisson sont liés à l’immaturité et peuvent se poursuivre jusqu’à l’âge de la marche, indique Pierre Popowski. Il n’a pas encore acquis la maturité du cardia, le sas entre l’estomac et l’œsophage : le reflux est causé par la pression dans l’estomac qui est supérieure à celle de l’œsophage. » Un phénomène sans gravité qui peut malgré tout causer une gêne pour avaler, des vomissements ou des saignements liés à l’irritation de l’œsophage par l’acidité.

 

Consultez votre pédiatre

 

Pendant la première année de votre enfant, vous consultez régulièrement votre pédiatre. C’est donc l’occasion de lui en parler. En fonction des symptômes, le médecin jugera s’il s’agit d’un reflux physiologique ou d’un reflux pathologique en raison de son intensité ou de sa cause (une allergie à la protéine de lait de vache, par exemple). « Il y a une graduation des reflux, du bébé qui régurgite à peine à celui qui hurle de douleur dès qu’il commence à boire, analyse le Dr Pierre Popowski. Pour vérifier le degré d’inflammation et d’ulcération, on peut demander une pH-métrie, une sonde posée pendant 24 heures dans le bas de l’œsophage pour repérer l’acidité, ou une fibroscopie, pour examiner les rougeurs et les ulcérations. »

bébé reflux gastriques Boironmask

Adoptez les bons réflexes

 

Une fois le reflux pathologique écarté, on peut passer aux laits épaissis anti-régurgitations. On fait aussi attention au débit de la tétine pour que le bébé ne boive pas trop vite. Lors du couchage, en cas de reflux « Il doit être sur le dos en position proclive, c’est-à-dire incliné à 45 degrés, recommande Pierre Popowski. Après le biberon, mieux vaut attendre avant de le coucher et, une fois au lit, on le place sur le dos, même s’il y a un reflux. » Autre option, fractionner les repas : « Plutôt que quatre repas, on en privilégie six, et huit si on en donne six habituellement, et ce sur 24 heures. »

Appuyez-vous sur l’homéopathie pour soulager votre bébé

Il arrive que l’intensité des reflux provoque une forte gêne chez le bébé. Cela peut avoir des conséquences nutritionnelles et respiratoires importantes. « L’homéopathie devrait être le traitement de première intention car il n’y a aucun risque d’effets secondaires, observe Pierre Popowski. Et si elle ne s’avère pas efficace, on augmente la pression thérapeutique jusqu’au traitement traditionnel. » Pour mieux cibler son traitement, le médecin va se baser sur l’examen clinique et interroger les parents sur le comportement du tout-petit. « Le traitement sera adapté à l’enfant et sera différent s’il a des spasmes de l’estomac, s’il régurgite tardivement après le repas ou en cas d’acidité importante. Les doses globules homéopathiques, continue le pédiatre, sont très pratiques pour les tout-petits : il suffit de les faire fondre dans 5 ml d’eau ou de lait. »

Surveillez l’évolution

 

« La surveillance est aussi importante que le traitement, affirme Pierre Popowski. Au cours du premier mois, il faut tenir son médecin au courant, et l’alerter si la situation ne s’améliore pas ou se dégrade. Cela nous permet d’intervenir pour réadapter le traitement si nécessaire. »

 

 Demandez conseil à votre médecin ou pharmacien qui saura vous indiquer le médicament adapté

Partager :

Facebook
Linkedin
test@tes.fr
ok

A lire également