Qu’on soit en voiture, en train, en bateau ou en avion… le mal des transports vient trop souvent gâcher le voyage. Résultat : nausées, vertiges et vomissements peuvent nous accompagner jusqu’à l’arrivée. Alors la prochaine fois, n’attendons pas pour réagir. Il existe des traitements adaptés, à prendre avant même de partir !

D’où vient le mal des transports ?

Notre oreille interne est très sensible. En voyage, elle peut être perturbée par le contraste entre le mouvement enregistré par nos yeux et l’immobilité de notre corps.
Surtout en cas de virages en voiture, de turbulences en avion ou de mer agitée… Cela se traduit alors par des nausées et des vertiges, puis des vomissements. Ce sont les symptômes du mal des transports et il est important de savoir les reconnaître pour pouvoir réagir vite.

Cocculine® a sa place dans vos bagages

Cocculine® nous accompagne partout sans prendre de place. Et avec ses comprimés à sucer ou ses granules à laisser fondre, Cocculine® est pratique quand on n’a pas d’eau à portée de main. En revanche, jusqu’à 6 ans, on n’oublie pas de bien dissoudre Cocculine® dans l’eau avant la prise ! Avec Cocculine, partons sereins, voyageons bien !

L’homéopathie : une solution contre le mal des transports

L’homéopathie est une thérapeutique respectueuse de notre corps. Préférer un médicament homéopathique contre le mal des transports, c’est faire le choix d’une solution sans risques de somnolence pendant le trajet. C’est aider notre organisme à faire un beau voyage, sans interaction médicamenteuse connue, ni accoutumance. C’est sans doute pour toutes ces raisons que 71% des Français disent avoir confiance en l’homéopathie*.

Cocculine® : un bon réflexe dès le départ

Grâce à sa formule adaptée, Cocculine® a une action globale contre les nausées, les vertiges et les vomissements liés au mal des transport. Cocculine® peut être pris en prévention avant le départ pour éviter l’apparition des symptômes chez les sujets sensibles ou en traitement, dès les premières nausées. De plus, il n’endort pas et peut être pris par tous les membres de la famille, à partir de 18 mois (jusqu’à 6 ans, dissoudre dans l’eau en raison du risque de fausse route).

* L’Observatoire Sociétal du Médicament 2015. Enquête Leem-Ipsos.